la aide dans la batha

Posté par ragheb mastoura le 13 septembre 2010

10070811.jpg

ce jour et une faite dans la année lunaire et sa tempe le 1 (choiel)
c est une faite pour les adulte et les enfants dans la quelle tous le
monde se rend visite(les voisins la famille) a la batha tu trouve
plain d enfant qui cour par tous il s’amuse a monter sur des balançoire
fabriquer en fer ou a jeter des Petar ,a jouer au tire au cible avec
des faux flingue en balanstique aussi a faire plein de truc tout au long
de la journée et le matin tous les enfant reçois de l argent de leur
parent et leur familles pour tous dépenser dans ces 2 jours .les
adultes en profit pour vendre des cas dal ,jue,jouer, pétard c est une
occasion pour gagner de l argent
1007079.jpg

Publié dans Actualités | Pas de Commentaire »

le port

Posté par ragheb mastoura le 3 septembre 2010

1006929.jpg ce lui si date il ya 30 ans et il est reconstituer en 1995 il l on ajouter de nouveau pond
il contiens 500 bateau qui marche avec des moteur mécanique et aussi avec les rame
le tiers de jeune du bled y travaillent de dans il est contrôler par une petit administration
qui doit vérifier les papier ainsi que les poisson légale et une station de gasoil que ne vent
que ne vend qu’ou pécheur a moitié de pris normal c un encrage ment par le gouvernement
ainsi un marcher de poisson pour tous ce qu’ il veut acheter . C est une vende en enchère pour

Publié dans Actualités | Pas de Commentaire »

Majaless » Menzel Abderrahman De plus belle avec Terras !

Posté par ragheb mastoura le 1 septembre 2010

majalessbizertemax.jpg On les croyait, à tort, émoussés ces “Majaless” de Menzel Abderrahman voire sur une courbe descendante, tant peu d’échos en filtraient. Après avoir assisté le vendredi 17 novembre au “Majless” réservé au Docteur Rachid Terras, l’on a dû changer d’avis. En réalité, les têtes pensantes de “Majaless” comme notamment l’homme de théâtre Mahmoud Mejri ou Hichem Mrad, le directeur de la Maison de la Culture Ibn Roched — le lieu de ces rencontres littéraires — préfèrent travailler loin de tout tapage, avec une humilité sans équivoque. Tout bonnement. Après Hlima Daoud et Khédija Souissi invitées le 21 octobre dernier autour du thème “Du théâtre à la télévision”, le témoin a été passé donc au Docteur Rachid Terras appelé à relater ses “carnets de médecin de ville”. Mais, d’emblée, disons le : on a vite déchanté car pas un mot n’a été finalement soufflé à propos du long processus médical du docteur Terras qui va du gynécologue accoucheur à l’ancien chef de service hospitalo-universitaire de gynécologie, maternité et planning familial de l’hôpital de Bizerte, avec un bref passage à l’hôpital Charles Nicole à Tunis. En passant par ses multiples travaux scientifiques, son expérimentation clinique de nouveaux médicaments, etc…

Une vie
C’était, d’ailleurs, prévisible : devant “cette personnalité nationale” (dixit Mejri), à multiples facettes, le côté du docteur militant dès son jeune âge au lycée Stéphane Pichon de Bizerte (renvoyé d’ailleurs dudit lycée en 1952 pour incitation à la grève contre l’usurpateur français), puis surtout guide, en tant que Maire de la ville s.v.p, de la célèbre manifestation du 18 août 1961 (la nuit des longs couteaux !) contre les paras français, devait l’emporter.

Et notre jeune docteur-maire d’à peine vingt-sept ans de rentrer déjà dans la postérité ! Précoce, oui : à un âge où d’autres se frottaient le derrière sur les bancs des facs, Rachid Terras était membre-fondateur de l’UGET à Paris et, plus tard, fondateur du Club Khémais Ternane, du club des enseignants, membre fédéral de la F.T.F, président du CAB (de 1958 à 1965 soit sept ans !), du Croissant Rouge, section de Bizerte, en plus d’autres responsabilités partisanes. “Cuisiné” donc mais pas assez, l’un des “pères fondateurs” du planning familial tunisien, dont la réussite constitue l’une des fiertés de la Tunisie moderne d’après l’indépendance était parfaitement capable de rêve prémonitoire puisque dès 1957 il “dissertait” sur l’importance du port de Bizerte en tant que future zone franche. Près d’un demi-siècle plus tard, le projet devenait une réalité avec le P.A.E.B (Parc d’activités économiques de Bizerte). Futuriste, à maintes fois “ministrable”, Rachid Terras compte incessamment “transcrire” ce vécu autobiographique sous forme de livre avec le concours de l’écrivain Bouzaïane Saâdi… ex-enseignant à Bizerte. Une initiative à saluer vu la richesse et l’expérience de l’homme. L’autre volet de ce “Majless”, suivi notamment par des personnages “historiques” de la Bataille de Bizerte et du “putsh manqué” contre l’ancien président Habib Bourguiba dans la foulée, à l’instar de Kaddour Ben Yochret, Mohamed Salah Baratli, avait trait aux interventions des présents.

Invitation
Dans l’ordre, ont pris la parole : Rachid Daouadi, Mohamed Grimane, Salah Dimms, Kamel Karoui, Mohamed Habib Sta, Mohamed Hédi Baccouri, Salah Nawairi, Kaddour B. Yochret. Les témoignages fusaient de partout et là encore l’on a appris que le nom de Rachid Terras reste lié pour l’Histoire à la création du club de l’étudiant bizertin, à ces “millions” de dinars “investis” par la Municipalité de Bizerte du temps de notre docteur pour acheter des livres aux élèves et aux étudiants bizertins (la Municipalité faisait fonction, en plus de ses autres charges et attributions de pôle culturel, associatif et sportif), à la Maison de feu Habib Bougatfa.

Des vérités tangibles dont on ne peut pas se passer quand on parle de Rachid Terras, une véritable mémoire vivante pleine d’enseignements, de leçons, etc… En l’invitant, les “Majaless” Menzel Abderrahman ont vu juste. les prochains inscrits sous le feu de la rampe : Khaled Barsaoui (“un long-métrage et après”) le 08 décembre, Hatem B. Othman (“Les mutations sociales et la culture des jeunes”) le 19 janvier 2007, Foued Mbazaâ (“Loin de la politique”) le 16 février 2007, Sonia Mbarek (“Du paysage musical tunisien”) le 09 mars 2007, Abdelwahad Braham (“Les mondes du romancier”) le 06 avril 2007, Jamila Mejri et Souilmi Boujemaâ (“Deux expériences dans un seul monde”) le 27 avril 2007, et, enfin, Nja Mahdaoui (“La technicité des lettres arabes ou la calligraphie arabe”) le 18 mai 2007.

Publié dans Actualités | Pas de Commentaire »

bienvenue a Menzel Abderrahmen

Posté par ragheb mastoura le 30 août 2010

bienvenue  est une ville située à 60 kilomètres au nord de Tunis sur la rive nord du lac de Bizerte. Elle fait partie de l’agglomération de Bizerte dont elle n’est séparée que de quelques kilomètres.

Rattachée au gouvernorat de Bizerte, elle appartient à la délégation de Menzel Jemil et constitue une municipalité de 16 824 habitants.

La ville aurait été fondée dans la deuxième moitié du Xe siècle par les Omeyyades. Elle se caractérise économiquement par l’importance de l’industrie manufacturière qui occupe près de 40% de la population active.
Menzel Abderrahmane compte une importante communauté à l’étranger, notamment en France (Grenoble, Toulon, Marseille et région parisienne), et à un degré moindre en Italie, Belgique et Canada (Montréal).
La ville de Menzel Abderrahmane est connue par son activité de pêche..
En effet, elle possède le seul port du lac de Bizerte (réalisé en 1995). La flottille de pêche compte 181 barques côtières2. Toutefois, l’activité principale de la ville est l’industrie et notamment l’industrie textile.
La ville de Menzel Abderrahmane compte trois écoles primaires (Assad Ibn Al Fourat, Ibn Rachiq et 2-Mars 1934), un collège (2-Mars 1934) et un lycée secondaire, le Lycée le Canal, qui se trouve dans les environs de la ville et qui accueille aussi des élèves de la ville voisine de Zarzouna.
Un important centre universitaire est en phase de réalisation depuis les travaux de la première tranche démarrés en janvier 2004. Ces travaux qui se déroulent sur un site de près d’une centaine d’hectares, à proximité immédiate du Lac de Bizerte et de la ville de Menzel Jemil, et jouxtant l’autoroute A4, consistent en la construction d’un institut préparatoire des études technologiques, d’espaces technologiques, d’un foyer universitaire de 1200 lits et d’un restaurant de 1500 places. Le coût global des différentes composantes de la première tranche de ce projet est estimé à 35,2 millions de dinars. Quant à la deuxième tranche, elle comprendra un institut supérieur de commerce et de comptabilité, un institut supérieur pour les études d’ingéniorat et une école supérieure d’ingénieurs. Il est également question, dans cette université publique, d’enseigner le droit et les sciences sociales.

Dans le cadre de cette opération de grande envergure, la ville de Menzel Abderrahmane bénéficie d’une réhabilitation urbaine importante avec le réaménagement complet de l’entrée de la ville, des espaces publics et du siège de la municipalité.
L’équipe locale de football s’appelle la Vague sportive de Menzel Abderrahmane (VSMA). Elle est fondée en 1963 et joue en division 4 durant la saison 2007-2008

Publié dans Actualités | Pas de Commentaire »

 

ALI MOUIGNI MNOUNGOU |
l'amitié c'est pour l'étern... |
laulau34290 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Communauté c'est vous qu...
| externaliser
| Le blog du CDI - Lycée Char...